Battlestar Galactica (Fr)

Battlestar Galactica

Battlestar Galactica, série mythique, 4 saisons de bonheur, d’intrigues et d’action dans un univers très philosophique, religieux et donnant un vrai rôle aux robots.

L’histoire commence par la plus grosse trahison imaginable, celle de Gaius Baltar qui livre tout le système de défense de l’armée humaine aux machines pour une femme. Bien sûr il ne sait pas (quoiqu’il doit se douter qu’elle est différente) qu’elle est une cylon, mais il commet quand même une trahison pour une histoire de…

Après l’assaut des cylons qui sont venus prendre leur revanche des tréfonds de l’espace, et l’atomisation pure et simple des 12 colonies avec la mort de dizaines de milliards d’humains, on commence à suivre l’histoire du Battlestar Galactica, vieux vaisseau désaffecté et sans électronique réarmé in extremis pour partir en guerre.

Je ne vais pas faire un résumé saison par saison, de mémoire je ne le pourrais pas, mais plutôt dire ce qui m’a marqué dans cette série TV.

Déjà les robots, les cylons, sont incroyablement humains. C’est une société organisée en deux castes, les robots combattants et les robots à l’apparence humaine qui donnent les ordres et se posent beaucoup (trop) de questions. Première guerre contre les humains pour se libérer de l’esclavage, puis deuxième guerre pour éradiquer l’espèce humaine. Mais parmi les cylons évolués, tous ne sont pas tant que ça contre les humains et il y a tout un jeu politico-relationnel qui donne vraiment une ampleur à ces robots.

Ensuite le cadre, l’ambiance sous-marin avec commandes analogiques pour un vaisseau capable de vol en hyperespace, c’est artistiquement super ! Ce vaisseau traverse la galaxie mais l’équipage utilise des téléphones gros comme des imprimantes. En même temps sans cette technologie dépassée le Battlestar Galactica aurait été piraté et mis hors de combat par le virus informatique des cylons.

Les personnages, un jeu de personnage vraiment intéressant, complexe, avec des retournements constants. Des questionnements philosophiques, politiques et religieux pour les humains comme pour les cylons, superbement incarnés par le couple trans-espèces formé de Gaius Baltar et Caprica six. Il y a vraiment une quête de sens dans cette série, quête renforcée par ce voyage-fuite perpétuel du Battlestar Galactica. Un vrai voyage d’initiation pour la proie et le prédateur.

Au niveau socio-politique les deux peuples sont divisés ; les humains se révoltent en permanence contre le leadership de William Adama et Laura Roslin, les cylons n’arrivent pas à se mettre d’accord sur le sort à accorder aux derniers humains.

Sur l’aspect individuel, chaque personnage est complexe et fait de véritables choix tout au long de l’histoire. Les quelques cylons infiltrés se croyant humain, Boomer pour ne citer qu’elle, ajoutent encore à la richesse de cette série. Il y a vraiment un lien puissant entre les humains et les cylons, ce n’est pas du tout un traitement à la Terminator qui repose principalement sur une opposition.

Battlestar Galactica, meilleure série TV de science-fiction car les robots remettent sérieusement en question la place de l’Homme dans l’univers, et de philosophie-spiritualité avec une quête du sacré par les cylons et une mythologie bien présente chez les humains, notamment à travers la recherche de la Terre.

Si vous ne l’avez pas encore vue, vous savez ce qui vous reste à faire 😉

Leave a reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s